Donjons et Dragons, le pire film des années 2000

À force de rêver trop grand, on risque de se brûler les ailes. Icare l’a bien compris à ses dépens. Le subtil dosage entre une œuvre originale et son adaptation cinématographique ne se mesure pas à son succès au Box-office. Le véritable indicateur se jauge par le contentement des « spécialistes ». Ces geeks qui sauraient vous citer le moindre petit faux-raccord dans le scénario. Ces Hard-Gamer terrés dans leur tanière près à faire sauter la réputation du film à grand coup de dynamite 2.0. Mais si seulement les mauvaises critiques ne provenaient qu’uniquement de leur part ! En effet, le film Donjons et Dragons n’a pas eu le succès escompté. Le monde entier repousse cette création cinématographique abjecte et dénuée de la moindre once de talent. Cette bonne vieille note de 3/10 sur le site Sens Critique.com reste la meilleure note. 1,3 sur Allociné, de quoi rigoler pour les amateurs et pleurer pour les joueurs invétérés de Donjons et Dragons. Même si le sujet, a été évoqué de nombreuses fois, il est toujours bon de se remémorer, à quel point l’ensemble du film de l’année 2000 est raté. Car oui, deux autres films Donjons et Dragons ont vu le jour, même si ces derniers sont totalement passés inaperçu sur la planète cinéma.

Synopsis et critique du film

Profion, le très grand méchant maléfique, désire s’emparer du sceptre de la princesse Savina afin de contrôler les dragons. L’empire d’Izmer est en jeu, car si son altesse royale s’entête à conserver l’objet, le super vilain détruira le royaume. Un affrontement d’une intensité rare et jamais égalé dans l’histoire du cinéma se prépare ! Le monde totalement impuissant face à Profion se verra proposer l’aide de deux jeunes voleurs, qui comme tout bon cliché qui se respecte ne connaissent pas encore leur destinée. Marina la jeune novice de la Congrégation des Mages est également de la partie. Ouf ! L’univers tout entier est sauvé.

Nous pouvons en toute honnêteté affirmer que Donjons et Dragons fut le plus grand désastre du 7ème art des années 2000. Et ce, malgré un budget confortable de 35 millions de dollars pour une production version téléfilm, morne, sans relief et absolument désolante. Profion, ce méchant au nom légèrement tendancieux, est incarné par Jeremy Irons qui signe là sa plus mauvaise performance de tout les temps. Pourtant, de nombreux fans étaient aux abonnés présents pour accueillir l’œuvre réalisée par Courtney Solomon ! La déception fut donc d’autant plus grande. L’esprit du film aux clichés abondants était surement destiné au grand public, dont des adolescents pré-pubères à l’esprit critique encore peu développé. On retiendra quand même le fait que l’idée était bonne. Solomon a en effet tenté le pari audacieux d’adapter le jeu de rôle le plus célèbre et le plus riche en terme d’univers, le tout, malheureusement sans succès. À l’inverse d’un Peter Jackson qui a su donner toutes ses lettres de noblesse à J.R.R Tolkien et son incroyable Seigneur des Anneaux.

Mais l’espoir fait vivre

Warner Bros, Hasbro et Sweetpea Entertainement ont annoncé en 2015 la sortie d’un nouveau film Donjons et Dragons dont l’intrigue se déroulera aux seins des Royaumes Oublies, l’un des meilleurs cadres de campagne du jeu. En espérant, que le film ne soit pas un blockbuster raté aux effets spéciaux 3D et version ultra rallongée. Les studios de production ne s’y trompent pas, Donjons & Dragons possède un potentiel de réussite commercial incroyable et la sortie du film reste un pari très intéressant. En effet, il est impossible de faire pire que la production de Courtney Solomon, cependant, les fans seront forcément sceptiques à l’idée de visionner un nouveau long-métrage sur cet univers, après l’adaptation ratée de 2000. Nous ne savons pas pour vous, mais de notre côté nous ne manquerons pas de nous offrir un ticket ciné dès que le film sortira sur les écrans !

Le véritable succès de Donjons & Dragons, on en parle, et non ce n’est pas ironique. Suivez le guide juste en bas :