Le jeu de rôle grandeur nature (GN)

Le jeu grandeur nature, ou tout simplement GN, découle directement du principe des jeux de rôle. Aucune logique de spectateur n’est à prendre en compte, à l’inverse, d’une reconstitution historique. Les personnages sont directement joués et incarnés physiquement, par les individus. Ce type d’évènements représente le paroxysme du jeu de rôle, tant par l’implication des personnages, que par l’ampleur scénique que leur nombre dégage. Chaque déguisement est étudié, puis construit de manière artisanale, de sorte à ce qu’il épouse parfaitement la silhouette du protagoniste. Les acteurs interagissent également entre eux pour accroître l’effet de réalisme. Chaque objectif est déterminé par les organisateurs appelés « Game Master », en fonction d’un cadre préétabli. Le succès des actions des joueurs est évalué soit par des règles de jeu, soit par un consensus entre joueurs. Le but ne réside pas dans la victoire à tout prix, mais plutôt dans la capacité des acteurs à permettre aux autres participants de continuer l’aventure dans les meilleures conditions possibles. Enfin, les maréchaux (arbitre) veillent à ce qu’aucune faute ne soit commise, et gère le bon procédé de l’aventure.

Historique du jeu de rôle grandeur nature

Les origines du jeu de rôle remontent probablement aux années 80, avec l’apparition du groupe de GN Dagorhir fondé aux Etats-Unis en 1977. Les parties étaient organisées suivant des conventions de passionnés ayant pour thème la science-fiction. En 1981, l’International Gaming Fantasy Society voit le jour, s’inspirant largement de Donjons & Dragons pour la création des règles de jeu. La même année, le club du jeu de l’assassin au sein du Massachusetts Institute of Technology (MIT), diffuse plus largement le principe dans les campus américains. Et c’est en 1982, que le GN naît en Europe, et plus particulièrement aux Royaume-Unis avec l’aventure Treasure Trap. La France accueillera le phénomène en 1984. Du côté de la Scandinavie, GN Nordique, milite pour la reconnaissance du jeu de rôle naturel au rang d’art et multiplie les actions politiques. Ce sont les plus fervents défenseurs du GN et aussi les plus impliqués. À l’heure actuelle, le GN arrive à trouver son public avec près de 100 000 joueurs dans le monde entier s’adonnant aux joies du déguisement, des techniques de combat, et récréant des atmosphères médiévales tombées dans les oubliettes.

La reconnaissance du jeu de rôle grandeur nature

À ce jour, aucune licence n’est officiellement délivrée par l’État pour ce genre de pratique. Il existe, cependant, une association nationale nommée le FFJDR, ainsi que plusieurs clubs locaux. Malgré cela, Il reste très compliqué de mesurer le nombre de joueurs en France. La seule estimation possible de l’intérêt que portent les joueurs au jeu de rôle passe par le nombre de publication d’ouvrages. 778 éditeurs de livre de jeu de rôle pour 7109 ouvrages différents en support digital et papier et 1214 livres de bases, la plupart en anglais (84%). Le phénomène restant marginale, il semblerait tout de même peu probable de croiser une nuée de mages noirs aux abords de la forêt pendant votre footing matinal...