Baldur’s Gate

Baldur's Gate constitue la référence en matière de RPG et de jeu de rôle. Produit par BioWare et publié par Black Isle Studios en 1999 en Europe, cette aventure a fait rêver des centaines de milliers de joueurs à travers le monde pendant plusieurs années. L’histoire se déroule au sein de l’univers phare du jeu Donjons & Dragons : les Royaumes Oublies. La région de Féerune, en dessous de la cité de la Porte de Baldur constitue le lieu principal du scénario. Le joueur a ainsi la possibilité d’y faire évoluer six personnages rassemblés dans un même groupe d’aventuriers. Baldur’s Gate se base sur le fonctionnement de Advanded Donjons & Dragons et utilise le moteur de jeu Infinity Engine. Le jeu connaîtra, ainsi, un énorme succès à sa sortie commerciale et sera plébiscité par la presse entière. En 1999, un nouvel opus nommé Tales of the Sword Coast verra le jour. Shadow of Amn viendra ensuite compléter le podium en 2000. Puis, c’est au tour de Throne of Bhall de marquer la fin de la saga en 2001 et d’amener, ainsi, la touche d’apothéose finale.

Une philosophie de jeu très complète frôlant la perfection

Le fait de faire évoluer un personnage du rang de novice vers légende apporte un côté attachant aux personnages. D’une certaine manière, chaque joueur construit sa propre histoire à travers les choix multiples de quêtes proposés par le jeu. C’est cet esprit de liberté couplé à la beauté des graphismes qui a fait de Baldur’s Gate, une sommité parmi les RPG. Baldur’s Gate propose une véritable immersion dans une aventure par le biais de la création de ses propres personnages. Le sexe détermine l’apparence, mais non les capacités (encore heureux me diriez-vous !).

Mais c’est véritablement la possibilité de choisir les classes et les races qui permet de vivre l’aventure comme le joueur l’entend. Le jeu propose, ainsi, de choisir différentes classes : des très robustes qui prennent beaucoup de dégâts comme le guerrier, des puissantes mais fragiles comme le mage, ou encore soignantes comme les clercs. Ces types de classes sont d’ailleurs réutilisés dans la quasi-totalité des jeux actuels de l’univers Blizzard ou de Magic The Gatering, par exemple.

La réussite du jeu passe notamment par les univers graphiques

Les décors du jeu sont bluffants, d’une intensité et d’une poésie rare. Ils se composent de pas moins de 10 000 écrans absolument uniques qui proposent une découverte quasi-infinie du monde de Baldur’s Gate. L’histoire s’étend parmi 7 chapitres toujours plus captivants les uns que les autres. Certes, le jeu n’est pas aussi beau qu’un World of Warcraft, mais avec 20 ans d’avance, il semble presque encore mieux développé. Le mode multi-joueurs permet également de partager ses expériences et d’allier ses forces pour vaincre des monstres encore plus compliqués à pourfendre.

Quant à l’interface, cette dernière propose une fenêtre classique : les personnages à droite et les commandes d’actions en bas de l’écran. Simple et efficace !

Malgré quelques petits défauts, comme l’utilisation de 5 CD au lieu d’un seul, le jeu présente une finition impeccable. La musique est excellemment produite, les interactions entre les personnages sont savoureusement finaudes et élégantes. Bref, Baldur’s Gate restera à tout jamais l’un des best-sellers les mieux réussis, non seulement dans la famille RPG, mais également dans tout l’univers des jeux vidéo. N’hésitez donc pas à jouer ou à rejouer à Baldur’s Gate, le jeu en vaut vraiment la chandelle !